Actus

News

Publication

Florence Levillain

"Bains publics", de Florence Levillain

Exposition

Sophie Brändström et Sandrine Expilly

 Prolongation des expositions capsules

Livre

Francesco Acerbis

Dans toutes les bonnes librairies !
 
Le héros de cette histoire part, truffe au vent, à la découverte de Paris. À chaque lieu visité, il envoie une carte postale à sa famille et ses amis et leur raconte les aventures qu’il vit. Un bel album original – mêlant photographies noir et blanc et illustrations couleurs – avec plus de 30 flaps à soulever pour découvrir la Ville lumière autrement !
 
Textes et Photographies: Francesco Acerbis
Illustrations: Arianna Tamburini
 
Exposition

Florence Brochoire

Le 9 août 1956, l'État français crée la Sonacotral (Société Nationale de Construction pour les Travailleurs Algériens) dont la mission est de construire des foyers pour les travailleurs migrants qui vivent dans des bidonvilles comme celui de Nanterre. Les structures se veulent provisoires, on pense alors qu'ils repartiront vivre en Algérie une fois la France reconstruite. Bien au contraire : 60 ans plus tard, non seulement elles existent toujours mais se sont même multipliées.
Exposition
Le 9 août 1956, l'État français crée la Sonacotral (Société Nationale de Construction pour les Travailleurs Algériens) dont la mission est de construire des foyers pour les travailleurs migrants qui vivent dans des bidonvilles comme celui de Nanterre. Les structures se veulent provisoires, on pense alors qu'ils repartiront vivre en Algérie une fois la France reconstruite. Bien au contraire : 60 ans plus tard, non seulement elles existent toujours mais se sont même multipliées.
Evènement

Invitation

Signatures chez Signatures et exposition capsule
Vendredi prochain à partir de 18h
à l'Espace des fabriques 70 rue Jean-Pierre Timbaud 11e

Exposition

Patrice Terraz

« Depuis le début des années 1990, je réalise les portraits du festival cinéma d’Alès, Itinérances. De fil en aiguille, j’ai rencontré quelqu’un du festival de Cannes qui a fait exposer mes photos sur la Croisette. C’est ainsi que depuis une dizaine d’années, je vais à Cannes chaque année, au départ sans aucune accréditation et aujourd’hui encore, sans commande. Je profite du hasard des rencontres pour demander aux célébrités de me prêter leur regard une seconde. Je demande toujours la permission.
Exposition

Patrice Terraz

Trois fois par semaine, un cargo mixte quitte le port de Marseille pour filer droit vers les bouches de Bonifacio, entre la Corse et la Sardaigne, puis accoste à Porto-Vecchio au lever du jour, 14 heures plus tard. Là, attendent sur le quai, une douzaine d’hommes de la Société d’acconage porto-vecchiaise, pour prendre en charge le navire qui allie transport de commerce et de passagers. L’escale dure le temps d’une journée.
On attache les amarres.
On décharge les remorques des camions.

Exposition

Raphaël Helle

Je pensais commencer à arpenter la nationale par Bar-sur-Aube, ville où je suis né, où j’ai grandi, étudié et même un temps travaillé à l’usine métallurgique Manoir-industries avant de quitter la région. 

23 ans que je n’étais pas revenu. J’ai découvert une situation si désastreuse que je n’ai pas eu besoin d’aller plus loin pour raconter la France d’aujourd’hui : fermetures d’entreprises, dépeuplement rural, montée du Front national. 

Exposition

Sandrine Expilly

Tailler, tracer, façonner, modifier, organiser, fragmenter, épierrer, maitriser (un peu), dompter (à peine), retenir ces montagnes indociles et leurs versants vertigineux toujours prêts à dégringoler pour changer de formes.

Exposition

Arno Brignon

Ma nationale va de la mer à l’océan. Ma nationale n'existe plus, remplacée par une autoroute qui efface les tracés du passé pour relier au plus vite l'est à l'ouest, réinventant son milieu au gré des métropoles. J'habite l'une d'elles. Tant de fois, croyant partir, je suis allé d'un bout à l'autre pour simplement me retrouver face à cet horizon. Arriver est devenu tellement banal, voyager bien plus précieux. Ma nationale a pour numéro 113 ou 117. Il me faut maintenant regagner ce temps que j'ai perdu à vouloir aller trop vite.

Pages