Société
Les migrants soudanais de Bar-sur-Aube

Photographies de Raphaël Helle

Partagez sur

Lorsqu’à l’automne 2016 l’état a démantelé la « jungle » de Calais une trentaine de migrants pour la plupart originaire du Soudan ont été accueillis au Centre d’Accueil et d’Orientation de Bar-sur-Aube. Ils ont fuit la guerre du Darfour, certains ont vu leur famille massacrée, d’autres ont été torturés. Ils ont effectué le long voyage à travers la Lybie ou l’Egypte, ont survécu à la méditerranée entassés par centaines dans des embarcations de fortune, sont passé en France par la montagne du coté de Vintimille, ont pris le train à Marseille et sont finalement arrivés à Calais. Non pour gagner le Royaume-Unis mais parce que c’était un endroit où des fonctionnaires en nombre pouvaient régulariser leur situation. A Calais leur a été proposé le CAO de Bar-sur-Aube. Azmi a regardé sur son téléphone portable une vidéo et la ville lui a plu. Ils sont aidés par divers associations caritatives de bénévoles comme l’association Bienvenue à Bar-sur-Aube qui les aide dans leurs démarches administrative, ou dans l’apprentissage du français ou les Restaurant du cœur qui les nourrissent. La mise à l’abri dans le CAO est temporaire. Elle doit permettre aux acteurs associatifs d'aider les migrants à constituer un dossier de demande d'asile puisque la très grande majorité de ces personnes s’inscrit dans cette démarche.