Exposition
Route Marseille Porto-Vecchio

Patrice Terraz

Partagez sur

Trois fois par semaine, un cargo mixte quitte le port de Marseille pour filer droit vers les bouches de Bonifacio, entre la Corse et la Sardaigne, puis accoste à Porto-Vecchio au lever du jour, 14 heures plus tard. Là, attendent sur le quai, une douzaine d’hommes de la Société d’acconage porto-vecchiaise, pour prendre en charge le navire qui allie transport de commerce et de passagers. L’escale dure le temps d’une journée.
On attache les amarres.
On décharge les remorques des camions.
On recharge les cales du navire avec les camions qui repartent sur le continent. En fin d’après midi, on largue les amarres.
Ce petit manège bien rôdé est une source d’oxygène pour cette région isolée de l’île nommée l’Extrême Sud de la Corse.
Mais combien de temps durera-t-il encore ? De fortes pressions politiques remettent en question la rentabilité de ce petit port de commerce afin d’élargir le port de plaisance, où mouilleront des yachts de luxe qui amèneront une clientèle très convoitée.
En basculant le trafic vers les ports de Bastia et Ajaccio, la route maritime Marseille - Porto-Vecchio ressemblera peut être un jour à ces routes nationales désertées au profit de grands axes autoroutiers.

Ces photographies font partie du projet documentaire « La France vue d'ici »

Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet collectif "National, avenue de la France" exposé du 6 avril au 20 ai 2018 dans le cadre du festival L'Œil urbain

Théâtre de Corbeil-Essonnes
20-22 rue Félicien Rops
Entrée libre du mardi au samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h