Exposition
Route nationale 7

Patrick Bard

Partagez sur

Au panthéon des nationales, elle est la mère de toutes les routes. Route bleue, route des vacances, des embouteillages chroniques – on arrive quand, Maman ? J'ai mal au cœur, je vais vomir ! - route des serviettes de plage coincées dans le haut de la vitre pour faire de l'ombre aux petits endormis sur la banquette arrière, route des camions qui se traînent et des nougats de Montélimar, route-musée contournée par les autoroutes, madeleine de Proust de plus de 1000 kilomètres de long. Route pour Fréjus, ville FN dont le monument aux troupes indigènes sacrifiées en 14-18 se dresse sur fond de Méditerranée. Route émaillée de stations-services abandonnées, de publicités peintes aux couleurs délavées, de centres-villes désertés, de bistrots en forme de bornes kilométriques : Le KM 34, Les 100 bornes, Les 200 bornes, Les 500 bornes, la RN7 est l’album de famille de la France des Trente glorieuses, un récit national rejoint par la réalité contemporaine de la déshérence des territoires.

Ces photographies sont publiées dans « Nationale 7 », éditions SPE/Barthélémy, 2018

Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet collectif "National, avenue de la France" exposé du 6 avril au 20 mai 2018 dans le cadre du festival L'Œil urbain

Théâtre de Corbeil-Essonnes
20-22 rue Félicien Rops
Entrée libre du mardi au samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h