Exposition
Routes nationales 113 et 117

Arno Brignon

Partagez sur

Ma nationale va de la mer à l’océan. Ma nationale n'existe plus, remplacée par une autoroute qui efface les tracés du passé pour relier au plus vite l'est à l'ouest, réinventant son milieu au gré des métropoles. J'habite l'une d'elles. Tant de fois, croyant partir, je suis allé d'un bout à l'autre pour simplement me retrouver face à cet horizon. Arriver est devenu tellement banal, voyager bien plus précieux. Ma nationale a pour numéro 113 ou 117. Il me faut maintenant regagner ce temps que j'ai perdu à vouloir aller trop vite. Aller par ces monts des Corbières, des Pyrénées ou de la Montagne noire, et par ces vaux que creuse la Garonne, le canal du midi ou l'Agly. Réinventer cette route devient mon but. Ma nationale n'a plus de nom. Elle n'en a plus besoin. Les villes qu'elle traverse, les paysages qu'elle transperce, ceux que j'y croise lui redonnent son sens bien plus sûrement qu'un numéro. Lourdes, Gruissan, Mazamet, Quillan, Blaye sont comme autant de poses à mon travail. La photographie est là comme prétexte à l'arrêt.  Ma nationale tisse ce lien où l'intime et la géographie se mêlent, où les rencontres deviennent autant de paysages à parcourir.  Je ne sais plus si je veux aller à la mer ou à l’Océan. Je suis sur ma nationale, le sténopé comme véhicule. Je veux continuer à découvrir. Le voyage est toujours plus lent. Je ne veux plus arriver…

Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet collectif "National, avenue de la France" exposé du 6 avril au 20 mai 2018 dans le cadre du festival L'Œil urbain

Théâtre de Corbeil-Essonnes
20-22 rue Félicien Rops
Entrée libre du mardi au samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h